Offenbach Colorature

Samedi 06 juillet 2019 – 20h00

Offenbach Colorature 

Avant de connaître les succès qui firent sa fortune, Jacques Offenbach fut un habitué des scènes secondaires modestes, sans argent ni personnel, où le minimum artistique était déjà considéré comme luxe. C’est là qu’il apprit à faire sonner un orchestre réduit comme s’il s’agissait d’une grande phalange symphonique, c’est là aussi qu’il développa sa connaissance de la voix afin de tirer le meilleur parti des chanteurs à sa disposition. Et, s’il faut en croire ses partitions, il eut au moins la chance de rencontrer des « premières chanteuses » à la technique vocale pyrotechnique, dont la virtuosité suffisait parfois à assurer le succès d’une pièce. Cet emploi lyrique – appelé tour à tour « chanteuse d’agilité », « chanteuse à roulade » ou « première chanteuse légère » – trace comme un fil conducteur entre la plupart des œuvres du compositeur, depuis les premières pièces anodines pour 2 ou 3 personnages aux grandes fresques de la maturité que forment La Vie parisienne, Robinson Crusoë et Orphée aux Enfers. La soprano colorature fait aussi l’ornement des opéras-comiques aux livrets moins bouffons (comme Fantasio) et de l’unique opéra sérieux d’Offenbach – Les Contes d’Hoffmann – dont le rôle de la poupée (réduit à un air, mais quel air !) est parmi les plus célèbres du répertoire français.

http://musicales-normandie.com

Programme :

Les Contes d’Hoffmann – Air d’Olympia : « Les oiseaux dans la charmille »
Robinson Crusoë – Valse d’Edwige : « Conduisez-moi vers celui que j’adore »
Vert-Vert – Air de La Corilla : « Les plus beaux vers sont toujours fades »
Le Roi Carotte – Romance de Rosée du Soir : « Le voilà c’est bien lui »
Orphée aux Enfers – Couplets d’Eurydice : « La mort m’apparaît souriante »
Fantasio – Récit et Romance d’Elsbeth : « Voilà toute la ville en fête »
Mesdames de la Halle – Récit et Rondo de Ciboulette : « Quel bruit et quel tapage »
Un Mari à la porte – Valse-tyrolienne de Rosita : « J’entends ma belle »
Les Bavards – Air d’Inès : « Ce sont d’étranges personnages »

Chantal Santon, soprano
Arnaud Thorette, violon
Antoine Pierlot, violoncelle
Jean-Luc Votano, clarinette
Johan Farjot, piano 

Veules-Les-Roses (Normandie)